Passeport pour la culture, Gennevilliers

Dans cette ville des Hauts-de-Seine, pas question d’ignorer des invisibles de la culture. La collectivité et ses équipes mènent une politique au long cours pour tous les habitants. L’audace d’une ville populaire.

 

La Maison du Développement culturel, MDC, a pris son nom en 2005, après une importante rénovation permettant d’offrir à la population, notamment une salle de danse et une salle de spectacles de 120 places. Succédant à la maison des jeunes des Agnettes, cette nouvelle structure de la ville de Gennevilliers « ne devait pas être un lieu culturel de plus mais concrétisait l’ambition de jouer le rôle d’interface entre les dynamiques des quartiers » précise Géraldine Salle, directrice du Service Spectacles / Jeune public de la ville. « Nous voulions investir un territoire avec un projet. Après un état des lieux, nous avons mesuré l’importance des crèches (départementales jusqu’en janvier 2013), des lieux d’accueil pour la petite enfance, de la PMI et des écoles. Le secteur de la petite enfance était alors un domaine peu investi. J’ai rencontré, à cette époque, l’équipe d’Enfance et Musique. Ainsi a commencé la première saison dédiée aux tout-petits. Elle comprenait des spectacles et des actions pédagogiques accompagnant les représentations. Dès le début, nous avons institué une présentation de saison et une réunion de bilan favorisant les échanges d’expérience entre structures, tant de la petite enfance que de l’Éducation nationale ». Les crèches départementales n’ayant alors pas le droit de sortir, une saison de quatre à cinq spectacles en tournée dans les lieux d’accueil a été conçue. On compte aujourd’hui huit crèches municipales dont l’une située dans le nouveau éco-quartier, un Relais d’Assistantes Maternelles, la Maison des familles ; nous intervenons également dans le cadre du Programme de Réussite Éducative (PRÉ).Tous les facteurs sont réunis pour permettre la rencontre des tout-petits et de leurs familles avec la culture.

 

Grandir tous ensemble

« L’essentiel est d’aider les parents à découvrir les pratiques artistiques possibles, à nous de l’organiser » déclare Patrice Leclerc, maire de Gennevilliers. « Je suis moi-même issu d’un milieu populaire et je mesure ce qui m’a manqué en termes d’acquis culturels, excepté le livre. La collectivité a pour mission de valoriser les cultures familiales pour que les habitants ressentent la fierté indispensable pour s’ouvrir aux autres. J’ai toujours rêvé d’installer des artistes au pied des cités… Notre relecture de la société dans laquelle on veut vivre passe par une valorisation de chacun et nous mettons, avec cet objectif, des moyens pour aider la population. La maternelle est un lieu créateur de lien social, c’est un moment clé pour amener chacun à découvrir, à s’ouvrir. Oui, une obligation de découverte qui ne se fera pas d’elle même ! »

Avec 62% de logement social, le pari de la municipalité passe par ce « moment clé » de la petite enfance où des actions artistiques et culturelles peuvent devenir des outils efficaces contre le déterminisme social. « Avoir le droit au beau, c’est retrouver une dignité » souligne Patrice Leclerc.

Géraldine Salle a construit sa programmation par étapes en fonction des besoins : spectacles in situ, livrets d’accompagnement, horaires très adaptés, autonomie de certains projets. Aujourd’hui le Service Spectacles/ Jeune public programme 150 représentations par saison, construit environ 350 ateliers de sensibilisation liés aux spectacles réalisés par les compagnies et les intervenants spécialisés de la ville. 100% des enfants de moins de 6 ans sont concernés (en crèches, écoles maternelles, centres de loisirs, maisons de l’enfance). « Nous tentons de mettre en place des propositions qui permettent à l’enfant de voir chaque année un spectacle dans son lieu d’accueil et un spectacle en salle. Le RAM bénéficie d’un budget pour développer ses projets culturels, par exemple Allez on chante(1), une collaboration de deux ans avec Agnès Chaumié ».

 

Une offre structurée

Pour éviter le clivage entre le public familial et celui des lieux d’accueil, le Service Spectacles / Jeune public travaille avec les professionnels qui assurent un relais. Même s’il reste du chemin à parcourir pour « élargir les publics en passant par les familles » souligne Patrice Leclerc.

Le festival jeune et très jeune public est un reflet – pas un objectif – d’un travail de territoire. Né d’une collaboration avec Enfance et Musique, toujours partenaire de cette manifestation, « cette mise en lumière d’un projet culturel » comme aime à le définir Géraldine Salle, compte tous les deux ans environ 7000 entrées pour une quarantaine de spectacles en 2019 dont 22 créations pour 80 représentations dans 18 lieux de la ville : MDC, conservatoire, médiathèques, lieux culturels, crèches et écoles maternelles… rejoints en 2019 par le T2G, Centre dramatique national « qui réalise une effort incroyable pour associer les habitants » précise Patrice Leclerc.

La ville a également mis en place le Passeport d’éveil culturel pour les enfants de 5 ans qui peuvent se familiariser à toutes les disciplines durant dix séances par trimestre (neuf ateliers et une sortie), au tarif de 1 à 3 € selon le système du quotient familial. Là encore, les équipements culturels jouent le jeu. 32% des familles y inscrivent leurs enfants grâce à l’impressionnant travail de sensibilisation réalisé par le service jeune public de la collectivité.

Dans le cadre des NAP, Nouvelles Activités Périscolaires, 17 ateliers hebdomadaires se déroulent dans les écoles dont la grande section de maternelle pendant la pause méridienne.

Membre du réseau Courte échelle(2), la ville de Gennevilliers permet également aux artistes d’être accueillis en résidence à l’école, en crèches ou à la MDC. Entre deux et cinq compagnies chaque année viennent répéter ou préparer une création pendant un temps qui varie de une à trois semaines.

La ville poursuit une politique culturelle ouverte à tous, dès le plus jeune âge. Avec + 14% d’inscriptions au conservatoire qui vient de doubler sa capacité d’accueil, les effets de la mobilisation culturelle et artistique peuvent désormais se mesurer concrètement.

La volonté exprimée par son maire, « nos vrais projets résident dans la progression de leur impact sur la sociologie », pourrait à moyen terme devenir une réalité culturelle de territoire.

• HK

1 – Allez on chante : projet proposé et organisé par Isabelle Dentu, animatrice responsable du RAM, animé par Agnès Chaumié, musicienne et chanteuse. Pendant deux ans des assistantes maternelles du RAM de Gennevilliers ont partagé le plaisir de chanter avec les enfants, entre adultes, avec les familles, à la MDC, en médiathèques ou au conservatoire de Gennevilliers.

2 – Réseau Courte échelle, cf. GUIDE page 23

Territoires d’éveil n°14

Publication : Avr 2019
Territoires d'éveil
Accueil Publication
  Le label Enfance et Musique
Cd, Livres-CD pour les tout-petits


Voir le site du label

Réseaux sociaux

 Enfance et Musique
17 rue Etienne Marcel
93500 Pantin
Tél. : +33 (0)1 48 10 30 00
Siret : 324 322 577 000 36
Organisme de Formation déclaré
sous le n° : 11 93 00 484 93

Conditions générales de vente

Mentions Légales

Partenaires publics

Share This