Un pas de coté

Un pas de côté, ou la folie sérieuse…

Dans le Maine-et-Loire, le Domaine Culturel déploie la culture de l’échange. Parmi de très nombreuses actions, la pratique culturelle avec les tout-petits s’adresse d’abord aux familles.

 

« On a du mal à nous cataloguer » énonce Vincent Point, coordinateur du projet associatif. Il faut dire que l’activité est foisonnante au Domaine Culturel de Saint Lézin. Depuis 2007 l’association Un Pas de Côté a posé ses bureaux dans l’ancien presbytère, à l’extérieur se dressent des éco-constructions fabriquées lors des chantiers internationaux et de mai à septembre, un chapiteau abrite ateliers, créations et événements. 

 

UNE RUCHE CULTURELLE

 

« Notre état d’esprit  ? Faire se rencontrer des gens qui ne se connaissent pas. Notre projet associatif est fidèle aux préceptes de l’éducation populaire » annonce Vincent Point. C’est cette démarche qui préside à une multitude d’activités et de projets dans lesquels se côtoient des amateurs et des artistes professionnels (comme dans la bataille de fanfares !). De la petite enfance à la maison de retraite, Un Pas de Côté pratique la culture de l’échange et favorise « la production d’activités en milieu rural pour faire bouger un territoire ».

À l’image de son coordinateur, prolixe et passionné, l’association multiplie les propositions. Chaque année est organisé un chantier international pour une dizaine de jeunes volontaires, dans le souci de favoriser les échanges interculturels. Un Pas de Côté propose des prestations de soutien logistique et administratif, produit des spectacles (amateurs, semi ou totalement professionnels) et organise à Saint Lézin des événements festifs et culturels, notamment tous les deux ans, le festival Le Champ des Arts. Au cœur d’une commune de 800 habitants mais qui ne dénombre pas moins d’une vingtaine d’associations, c’est une véritable ruche culturelle qui bourdonne de propositions. 

« Les actions de formation peuvent se poursuivre tout au long de la vie, c’est encore une idée forte de l’éducation populaire » précise Vincent Point. « Pour les bénévoles, les salariés, à l’extérieur, il s’agit de parcourir un chemin de professionnalisation. C’est ce que nous vivons avec des assistantes maternelles que nous accompagnons aussi bien dans la réalisation d’un spectacle que dans l’enregistrement d’un CD…». 

 

S’ADRESSER À TOUS LES PUBLICS

 

Le projet associatif qui se développe depuis dix ans au sein du Pays des Mauges comprend également un Point Accueil Jeunes, sorte de camping culturel d’une durée de 2 à 5 jours où les enfants de
4 à 11 ans peuvent explorer le cirque, la musique, la danse, l’écriture ou encore le slam… Au sein du conseil d’enfants, ils choisissent leur atelier. 

La pédagogie artistique se décline en interventions et ateliers hebdomadaires, mensuels et également sous forme de stages. 

Michel Kotenkoff est animateur permanent  ; il encadre les ateliers cirque à l’année proposés dès quatre ans jusqu’à l’adolescence, ainsi que les ateliers pour les structures (TAP, écoles, centres de loisirs). « Le travail en multi-accueil pour les deux-trois ans est très particulier. Les groupes changent et je dois m’adapter ». Avec sa marionnette Pirouette, Michel Kotenkoff investit des séances de trente minutes avec six ou huit enfants, en mettant l’accent sur la manipulation et la motricité. « Pour moi, c’est nouveau et c’est un défi ! Je reviens à des choses très simples : observer une balle qui roule, parvenir à mettre les enfants pieds nus pour retrouver la sensation du sol… Dans cette nouvelle activité, Michel insiste sur l’importance de la motricité fine et des éléments qui vont servir à l’équipe. Il encadre également les ateliers « cirque en famille », nouvelle activité à vivre avec les petits dès l’âge d’un an. « Les enfants peuvent être âgés d’un à six ans, jusqu’à huit ans, selon la composition des familles. Adultes et enfants participent selon leurs envies, beaucoup de gens se connaissent déjà et partagent cette nouvelle expérience. Je ménage des temps libres, je garde un moment en fin de séance pour un retour partagé sur l’activité. Les adultes prennent conscience de ce qu’a vécu l’enfant, tout est nouveau… ». 

Au centre social de Chemillé, c’est Mikael Pinard qui nous accueille. Il est en pleine installation de l’espace et des instruments pour l’atelier d’éveil musical. Ancien  >> cadre informatique, ce papa de trois
enfants (dont un bébé de six mois) revient à l’animation et à la musique. « J’ai suivi deux formations avec Enfance et Musique qui m’ont beaucoup apporté et m’ont conforté dans le choix d’une nouvelle vie professionnelle. Faire passer de l’émotion, je reviens à ça aujourd’hui ». Dans cette prise de risque périlleuse à quarante ans, Mikael investit son énergie, sa finesse et ses convictions. Il intervient dans des centres sociaux et auprès des RAM du territoire. « Une séance est un temps pour l’enfant, avec ses petits rituels et ses explorations ; c’est aussi un temps pour les adultes, dans l’observation et le partage. Je propose des chants que tout le monde peut reprendre et emporter… Je travaille beaucoup le lien entre l’adulte et l’enfant ». 

« Nous réfléchissons par tranche d’âge » précise Vincent Point « mais nous nous adressons à tous les publics, sans sectoriser les activités. Ce qui nous intéresse c’est la relation, pour enrichir nos regards et pour créer de nouveaux espaces culturels. L’essentiel est pour nous de créer des temps privilégiés, partagés, c’est pour cela que nous développons les activités en famille ».

La petite enfance est un public complexe à situer dans le projet associatif d’Un Pas de Côté. Les interventions pour la petite enfance ont concerné en 2014, 21 structures dont 6 RAM soit environ 80  lieux différents pour un total de 250 heures d’intervention. Près de 1 500 personnes (enfants et adultes) ont participé à ces activités. De leur côté, les ateliers parents enfants touchent actuellement une vingtaine de familles.

Sur un territoire qui accueille aujourd’hui de nouveaux habitants, les perspectives peuvent être encourageantes mais le travail en direction des tout-petits reste à conforter. La communauté des treize communes de la région de Chemillé regroupe vingt mille habitants. Ce bassin de population est sans doute le plus bel espoir pour que se pérennisent des actions en direction des tout-petits, des familles et des professionnels de l’enfance en attente de nouvelles découvertes artistiques et culturelles. 

•HK

Un Pas de Côté en quelques dates

2005 : création de l’association sous le nom de Compagnie Fabard’. Depuis, l’état d’esprit est resté le même : « l’art comme point de rencontre ».
2006 : premières rencontres européennes.
2007 : installation au Domaine culturel, projets et ateliers qui répondent à des demandes locales, Festival le Champ des Arts.
2011 : après 18 mois de travail collectif, le projet associatif est rédigé.

L’équipe :
– Vincent Point, coordinateur
– 4 salariés, 10 vacataires
– 10 artistes et techniciens
– 11 bénévoles membres du CA
– Une trentaine de bénévoles réguliers (50 plus ponctuels), jusqu’à 130 en période de festival

La compagnie Isaurel

Cette compagnie de cirque dansé a été fondée au Portugal en 2009 par Isadora Branco
(danseuse et trapéziste) et Aurélien Chaillou (fildefériste et danseur). Aujourd’hui
installés à Saint-Lézin, les artistes ont choisi de mettre « l’humain au centre de leur projet » et travaillent sur les liens avec les espaces naturels… et la notion de ruralité dans le monde contemporain.

La compagnie produit et diffuse des spectacles de cirque dansé. Sensibles au concept d’éducation populaire, les artistes s’investissent également dans diverses formes d’actions à vocation pédagogique : représentations dans des lieux atypiques (chez l’habitant), stages de formation ou ateliers (pour jeunes et adultes), élaboration de projets avec des personnes en situation de handicap. Partant du constat « qu’il était important d’accompagner chacun à son rythme » les deux artistes développent des ateliers enfants/parents et parents/bébés pour « jouer ensemble, donner de petites clés pour observer la relation, permettre de s’investir dans des jeux de motricité ». Isadora explore avec les participants « la conscience corporelle, la difficulté de revenir au sol… On essaie de déconstruire des habitudes pour reconstruire ensemble un autre rapport à l’espace et aux objets ». Dans une approche délicate du développement psychomoteur du tout-petit, les deux artistes donnent à vivre aux familles une autre expérience du monde circassien.

Isadora et Aurélien se sont également investis dans les Tournées à pieds : « ils présentent leurs spectacles dans des fermes, sur la place d’un village, dans un parc, sur un terrain de sport… L’âne est acteur de ces itinérances, force de traction pour le matériel du spectacle et de la randonnée, il est aussi force d’attraction pour le public, favorisant une rencontre différente avec les artistes en marche et la pièce présentée ».

À l’évocation de tous ces projets, on est traversé par une irrésistible envie de les suivre…

Compagnie ISAUREL
Domaine culturel
49120 Saint-Lézin
Tél. 06 78 34 82 28
www.isaurel.com

Un pas de Côté
Domaine culturel
4, chemin de la Fontaine
49120 Saint Lézin
Tél. 02 41 55 48 66
www.unpasdecote.asso.fr

Couverture Territoires d'éveil 3

Territoires d’éveil n°3

Publication : Mar 2015
Territoires d'éveil
Accueil Publication

Toutes les publications

  Le label Enfance et Musique
Cd, Livres-CD pour les tout-petits


Voir le site du label

Réseaux sociaux

 Enfance et Musique
17 rue Etienne Marcel
93500 Pantin
Tél. : +33 (0)1 48 10 30 00
Siret : 324 322 577 000 36
Organisme de Formation déclaré
sous le n° : 11 93 00 484 93

Informations pratiques

Conditions générales de vente

Mentions Légales

Partenaires publics

Share This