Photo Guillaume Wydouw

Pas d’écran avant 3 ans

On ne mesure pas encore les risques de l’envahissement des écrans mais on peut observer leur impact sur la détérioration des relations. Attention danger, le tout-petit est une cible. 

 

La question de la place des écrans dans la vie des enfants et dans celle des adultes qui sont auprès d’eux au quotidien est posée depuis longtemps déjà… Il y a plus de 10 ans, une entreprise tentait l’implantation en France d’une télévision pour les bébés. De nombreux professionnels et associations se sont élevés contre ce projet. Dans notre environnement quotidien les portables et les tablettes se sont multipliés. Les bébés les ont sous les yeux, voire sous les mains, dans tous les lieux où ils vivent… L’écran a été conçu pour retenir l’attention de l’enfant. Les voix varient, les images bougent, le débit est calculé… Rien n’est laissé au hasard. Les fabricants ont étudié les résultats des dernières recherches sur le temps de concentration des jeunes enfants, sur la durée d’effet des stimuli, sur la connaissance de nos affects les plus archaïques tels que les ont précisés les psychanalystes. Les fabricants utilisent ces connaissances pour développer un marché : les très jeunes enfants représentent une part de marché de produits de consommation non négligeable. Les fabricants savent utiliser les ressorts de la responsabilité et de la culpabilité parentales : équiper bébé précocement pour qu’il soit adapté au monde dans lequel il doit apprendre à vivre. Surtout ne pas perdre de temps !

 

LE TOUT-PETIT EST UNE PART DE MARCHÉ

 

Que dit-on pour inciter à acheter des tablettes pour des bébés à partir de 9 mois ? La tablette X est éducative, elle permet à votre enfant de commencer très tôt l’apprentissage des chiffres, de l’alphabet, des formes et des couleurs. Le tout-petit devient rapidement incollable sur ces bases essentielles ! La tablette X permet à l’enfant d’apprendre ses premiers mots d’anglais. Son oreille commence à se former aux langues étrangères, avec une facilité d’apprentissage plus tard !

La « super tablette Y » toute rose (qui existe aussi en bleu !) emporte les enfants dans un tourbillon de 12 jeux éducatifs. Elle accompagne les enfants de 12 à 36 mois dans des activités stimulantes. On y découvre les chiffres et les lettres, des cris des animaux, des instruments de musique et les formes n’ont plus aucun secret. On peut même chanter sur la musique grâce à la fonction karaoké… Cette tablette « formidable » est équipée d’un appareil photo avec objectif rotatif, d’un caméscope pour enregistrer des vidéos amusantes, d’un lecteur MP3 avec 12 comptines et chansons illustrées et animées déjà incluses, d’un lecteur pour regarder les vidéos préférées de Bébé… et d’outils pratiques, quand Bébé grandit : calendrier, calculatrice, horloge et chronomètre, bloc-notes et carnet d’adresses !

 

LE PARI DE LA CONFIANCE

 

De quel bébé parle-t-on ? Les journées des enfants ne font que 24 heures… Il est très sérieux pour eux de s’exercer à rouler au sol, à marcher à 4 pattes et bientôt à courir, à écouter les oiseaux, remplir et vider des seaux de sable ou d’eau, faire des jeux d’encastrement, babiller selon leur inspiration, rêver, observer le monde qui palpite et expérimenter l’espace en 3 dimensions. Ces situations, où tout leur corps est engagé, leur permettent de se construire, avec une intériorité suffisante. Les acquisitions ont du sens car elles se sont construites dans une relation au corps sensible et à sa maîtrise progressive. Elles sont habitées.

Pour le citoyen de demain, ne cherchons pas un équipement précoce et une adaptabilité sans limite…

Arrêtons-nous sur d’autres pratiques dont les enfants sont friands et qui peuvent nous éclairer sur leurs besoins spécifiques. Une expérience modeste, singulière et riche de sens pour un tout-petit, celle de Bélier, bélier, bélier… Boum ! La voix de l’adulte dit deux mots et joue d’un phrasé mélodique qui monte progressivement dans les aigus. Ce jeu de rapprochement se déroule dans un face à face bienveillant avec l’enfant. Il s’agit de plonger les yeux dans les yeux et d’approcher nos deux visages, jusqu’à entendre un petit bruit et ressentir un léger choc produit par le contact de deux fronts. Le front, ce n’est pas la surface souple et douce de la joue, ni la peau toute fine de la main que l’on saisit, le front est cette surface du corps où les os sont proches, ils abritent notre cerveau, haut lieu de la pensée… Ce jeu est l’occasion d’exercer une approche d’autrui avec précaution et délicatesse, cette délicatesse s’apprend au fur et à mesure que l’enfant apprivoise le jeu. 

Alors le bébé réagit… Il fait et refait avec tranquillité et jovialité, il comprend peu à peu ce qui est en jeu, notamment que nous pouvons jouer de la tension dans ce rapprochement. Le corps et la voix mêlés, dans des dynamiques relationnelles conjointes, l’approche peut se faire très lente, étirant le suspense vers la chute dans le Boum ! ou saccadée et farceuse, jusqu’à ce que les deux fronts se rencontrent tranquillement, signant le pari de la confiance et la maîtrise progressive de ses gestes par le tout-petit.

Par la répétition de ce jeu de rapprochement, le tout-petit intègre la distance entre son visage et le nôtre, il apprend à se maîtriser, il découvre notre visage de très près, il suit de tout son corps les variations de la voix qui dira et redira Bélier de 1001 manières… Dans ces infinies variations le tout-petit intègre les règles de jeu qui sont aussi les règles de vie : le message adressé à l’enfant est celui d’une approche précautionneuse de l’autre. Seuls deux êtres humains en présence, peuvent exercer cet ajustement, cette découverte ludique de l’altérité.

L’écran ne s’adaptera jamais aux états du tout-petit : nous lisons l’état d’un bébé par sa tonicité, sa manière d’avoir le dos détendu, par l’éventuelle crispation de ses mains, par son regard, tour à tour rêveur ou espiègle, par son babillage.

Rien ne peut remplacer cette première rencontre d’un petit d’homme avec un autre humain qui fonde les bases de sa construction dès la naissance. Les écrans arriveront toujours trop tôt…

Annie Avenel

Les écrans envahissent nos vies  

Les chiffres du CSA, avril 2017 : 

• 4% des foyers ont une télévision
• 5% des foyers ont un ordinateur
• 3% des foyers ont un smartphone
• 5% des foyers ont une tablette

Les tout-petits ont la faculté de détecter très finement vers quoi se dirige notre investissement. À partir de ce repérage intuitif incroyable, par identification, ils orientent leur curiosité… Laisser un smartphone ou une tablette à proximité du tout-petit, c’est l’inciter à nous imiter, donc à s’en emparer avec le vrai risque qu’il soit capté par l’image, sans pouvoir s’y soustraire.

Ces objets, fenêtres sur le monde pour les adultes, outils précieux de communication, ne sont pas adaptés à la construction de la personnalité d’un tout-petit. Pour les adultes, la réflexion est nécessaire afin de rester libre dans des utilisations enrichissantes.

Histoire et enjeux de l’éducation à l’image

 

Extrait du tout nouveau carnet de santé : conseils donnés aux jeunes parents

• Interagir directement avec votre enfant est la meilleure façon de favoriser son développement. 

• Avant 3 ans : évitez de mettre votre enfant dans une pièce où la télévision est allumée même s’il ne la regarde pas. 

• Quel que soit son âge, évitez de mettre un téléviseur dans la chambre où il dort ; ne lui donnez pas de tablette ou de smartphone pour le calmer, ni pendant ses repas, ni avant son sommeil ; ne lui faites pas utiliser de casque audio ou d’écouteurs pour le calmer ou l’endormir. 

 

Les parents de la Silicon Valley ne veulent pas d’écran pour leurs enfants !

L’élite de la Silicon Valley contrôle de manière stricte l’utilisation de la technologie par ses enfants. Dans la famille d’Evan Williams par exemple, l’un des fondateurs de Twitter, les enfants n’ont pas de tablette, la lecture de livres imprimés est encouragée. Chris Anderson, ancien rédacteur en chef du magazine de technologie Wired, a admis qu’il ne tolérait pas d’écran d’ordinateur dans la chambre de ses enfants. « Nous avons constaté en premier les dangers de cette technologie et je ne veux pas que mes enfants puissent être confrontés à ces problèmes. »

Nick Bilton, journaliste spécialiste de la technologie auprès du New York Times dit avoir observé que la plupart des pionniers de la technologie limitent l’utilisation des tablettes ou des portables par leurs enfants à 30’ par jour en semaine, d’autres ne tolèrent l’usage de la technologie que pendant le week-end.

Les restrictions se reflètent aussi souvent dans le choix des écoles. Beaucoup de cadres d’entreprises de Google, Yahoo, Apple et eBay semblent en effet avoir inscrit leurs enfants à la Waldorf School dont la philosophie ne laisse aucune place à la technologie qui selon la direction, représente une menace pour la créativité, le comportement social et la concentration des élèves.

 

DES RESSOURCES

Yakapa.be – Écrans en veille – Enfants en éveil

Didier Houzel, pédopsychiatre, interroge l’attention du parent à son bébé en regard des nouvelles conditions et sollicitations technologiques. “Le flottement de l’attention du parent détourné par un écran, un smartphone… joue sur la communication en présence et agit sur le monde des sensations du bébé”. Pour découvrir son intervention en vidéo publiée par YAPAKA : Que vit le bébé qui regarde sa mère qui regarde l’écran ?

Les écrans : un danger pour les enfants de la naissance à 4 ans
Dr Ducanda, médecin de PMI en Essonne

L’enfant et les écrans : les recommandations du Groupe de pédiatrie générale (Société française de pédiatrie) à destination des pédiatres et des familles. 

Le quotidien des enfants à l’heure de l’écran numérique.
Élisabeth Baton-Hervé, Docteur en sciences de l’information et de la communication

Mon enfant face aux écrans : 4 pas pour mieux grandir
Sabine Duflo, psychologue

Le marché des bébés in Le marketing : remède ou poison
Bernard Cova – Euromed Marseille – Patrick Bourgne

Jeunesse et protection des mineurs – La protection des tout-petits
CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel)

Usage des écrans chez les enfants de moins de 3 ans
Sénat, site au service des citoyens

14e législature – Question écrite n° 23233 d’Olivier Cigolotti, sénateur de Haute Loire publiée dans le JO Sénat du 22 septembre 2016 – page 3985. Olivier Cigolotti attire l’attention de Mme la ministre des Affaires sociales et de la Santé sur les risques de l’exposition des enfants de moins de 3 ans aux écrans, tablettes et smartphones.

Faut-il interdire les écrans aux enfants
Bernard Stiegler et Serge Tisseron, 2009, Ed. Mordicus

TV lobotomie, Ed. Max Milo
Michel Desmurget, chercheur en neurosciences à l’INSERM

Territoires d’éveil n°12

Publication : Juin 2018
Territoires d'éveil
Accueil Publication

Toutes les publications

  Le label Enfance et Musique
Cd, Livres-CD pour les tout-petits


Voir le site du label

Réseaux sociaux

 Enfance et Musique
17 rue Etienne Marcel
93500 Pantin
Tél. : +33 (0)1 48 10 30 00
Siret : 324 322 577 000 36
Organisme de Formation déclaré
sous le n° : 11 93 00 484 93

Conditions générales de vente

Mentions Légales

Partenaires publics

Share This