Tours – La recherche de l’état d’enfance

Rencontre avec Isabelle Grégoire, directrice du CFMI de Tours.

 

Il y a bientôt trente ans, les Centres de Formation de Musiciens Intervenants à l’école (CFMI) sont nés de la volonté conjointe des ministères de l’Éducation nationale et de la Culture. Plus de 4 000 musiciens sont sortis diplômés1 des 9 structures universitaires réparties sur l’ensemble du territoire. Dès 1996, le CFMI de Tours, alors dirigé par Louis Jacques, intègre une réflexion pointue en direction de la petite enfance à l’occasion d’une recherche/action/formation menée avec Enfance et Musique. Aujourd’hui Isabelle Grégoire poursuit cette mission, dans une vision profondément humaniste de la formation initiale du musicien. 

Territoires d’éveil : Pourquoi intégrer dans le cursus de formation une proposition destinée à la petite enfance ?

Isabelle Grégoire : À l’époque où j’étais dumiste, on nous avait préparés à intervenir en grande section de maternelle ce qui a ouvert pour moi un chemin d’émerveillement insoupçonné. Je suis intervenue en grande section, puis en moyenne et enfin en petite section. J’ai vu les enfants grandir et se construire. Je me suis formée à les voir évoluer en retrouvant moi-même un espace d’enfance car travailler avec de très jeunes enfants, c’est remonter le temps, autrement….
Travailler avec les tout-petits c’est une remise en question permanente et pour certains étudiants, l’intervention musicale en maternelle paraissait impossible. Alors il m’a paru fondamental de revenir à la pédagogie de l’écoute, du chant, de l’invention pour que les musiciens retrouvent cet espace de relation qui se tisse autour du son. Après le travail mené par Louis Jacques avec Enfance et Musique, il me paraissait impossible que cette orientation ne puisse pas se poursuivre. À la fin de la licence professionnelle, nous avons mis deux ans pour installer le diplôme universitaire, « la musique et l’enfant ». Travailler avec le tout-petit c’est retrouver l’état d’enfance en soi, avoir la conscience des constructions qui s’installent pour lui et vont le structurer toute une vie. Cela pose aussi la question de la relation affective au son, de la construction d’une séquence sonore qui prend sens et devient musique. 

T. É. : Ces valeurs vont au-delà de la formation à un métier… Souhaitez-vous partager une attitude de transmission avec les étudiants ?

I. G. : Nous sommes garants des espaces de formation qui vont leur permettre de prendre conscience de leurs responsabilités par rapport à l’enfant. C’est un choix humaniste qui n’arrive pas par hasard. Il est assez proche de l’éducation populaire. On transmet ce que l’on est et ce que l’on sait. La dimension artistique et musicale structure la vie du musicien et celle des enfants. C’est une construction humaine et je m’engage à leurs côtés… Un chemin de formation exige que l’on précise pour soi-même les orientations fondamentales qui conduisent notre vie car c’est une force et une fragilité de rencontrer des enfants qui sont eux-mêmes en construction. Aucun poste de musicien intervenant ne ressemble à un autre mais les valeurs sont permanentes, il est impossible de fragmenter les questionnements. Nous sentons déjà ces choses lors des tests d’entrée : comment le musicien va-t-il fabriquer son métier et apporter des réponses sur le terrain ? C’est pour cette raison que nous misons sur la diversité des profils ; nous partageons une « édification », presque au-delà de la formation à un métier. C’est un chemin de questionnements que j’ai suivi toute ma vie. 

• Propos recueillis par Hélène Koempgen

 

1 – DUMI : Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant

Le DU : Diplôme d’Université1, La musique et l’enfant

La musique et le tout-petit, La musique et l’enfant en situation de handicap

En 1996, une recherche/action/formation est menée à l’hôpital pédiatrique Clocheville de Tours par Geneviève Schneider. Le partenariat entre le CFMI de Tours et Enfance et Musique aboutit, en 2005/2006, à la création d’une licence professionnelle qui formera les musiciens à tous les secteurs, hors scolaire : hôpital, handicap, crèches, quartiers. Six promotions sortent de cette formation exigeante de 450h de cours et 150h de stages. 70 musiciens, porteurs de projets, seront ainsi préparés à développer des actions : « la musique et l’enfant dans tous ses lieux de vie ». En 2011, faute de moyens, cette formation est suspendue. Le DU, mis en place en 2013-2014 vient combler ce besoin de formation plus que jamais d’actualité. 

« Cette philosophie d’enseignement partagée par Enfance et Musique et le CFMI de Tours, forme des musiciens, éclairés par la connaissance du développement du tout-petit et la connaissance de l’institution où ils travaillent », précise Geneviève Schneider. « Convaincu de travailler avec l’équipe référente des enfants, le musicien est préparé à des situations très diverses, en restant un guide pour l’enfant ». 

1 – Formation ouverte à des professionnels du secteur éducatif et artistique ayant des compétences musicales confirmées (musiciens intervenants, enseignants des conservatoires et écoles de musique, professeurs des écoles, éducateurs, animateurs…), cette formation est conduite en partenariat avec l’association Enfance et Musique.

 

Intervention du musicien en direction :

– de jeunes enfants (0 à 3 ans) : en crèches et structures d’accueil de la petite enfance ;

– des enfants en difficulté ou en situation de handicap : dans le cadre de l’éducation spécialisée. 

4 unités d’enseignement :

– développement du jeune enfant, identification des troubles du développement et des situations de handicap ;

– connaissance et pratique de l’action musicale dans tous les secteurs ;

– observation et analyse des expériences, mémoire ;

– interventions pratiques, stages.

190 heures de formation professionnelle :

– 120 heures d’enseignement : organisées en sessions de 2 à 3 jours entre octobre et mai ;

– 70 heures de stage.

Intervenants

Isabelle Grégoire, Responsable pédagogique,
directrice du CFMI de l’Université de Tours

Catherine Barthélémy, professeur à l’université de Tours

Roger Fontaine, professeur en psychologie à l’Université de Tours

Geneviève Schneider, musicienne, responsable pédagogique Enfance et Musique

CFMI – Université de Tours
Directrice : Isabelle Grégoire
La Charmoise
7, rue Inglessi – 37230 Fondettes
Tél. 02 47 36 77 40
http://ash.univ-tours.fr

Territoires d’éveil n°2

Publication : Nov 2014
Territoires d'éveil
Accueil Publication

Toutes les publications

  Le label Enfance et Musique
Cd, Livres-CD pour les tout-petits


Voir le site du label

Réseaux sociaux

 Enfance et Musique
17 rue Etienne Marcel
93500 Pantin
Tél. : +33 (0)1 48 10 30 00
Siret : 324 322 577 000 36
Organisme de Formation déclaré
sous le n° : 11 93 00 484 93

Conditions générales de vente

Mentions Légales

Partenaires publics

Share This