La famille à la rencontre d’un musée

Devenir parent ouvre de nouveaux horizons culturels et modifie le rapport des familles aux institutions. L’accès au musée participe de cette aventure partagée.

 

Depuis quelques années, le paysage des musées évolue en raison de l’élargissement du nombre et des catégories de visiteurs. Les institutions patrimoniales multiplient les offres1, notamment en direction des familles, des enseignants de maternelles et des professionnels de l’enfance. Les adultes non-visiteurs « l’autre public, celui qui ne vient pas » comme le nomme Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou, pourraient-ils devenir par le prisme d’une pratique familiale des visiteurs ponctuels, voire réguliers ?

Le contexte familial peut être à l’origine d’une première visite au musée : devenir parent suscite de nouvelles pratiques artistiques et culturelles qui relèvent de l’accompagnement du très jeune enfant. La parentalité ouvre des potentialités de fréquentation d’équipements nouveaux, les parents se soucient d’offrir à leurs enfants des activités de qualité. Une certaine réserve sociale peut tomber au profit d’un appétit de découverte. C’est aussi parfois une expérience nouvelle pour l’adulte.  

 

UN LIEU CULTUREL À PARTAGER

 

Les musées l’ont bien compris en élargissant leur offre à des tranches d’âges de plus en plus précoces (les groupes scolaires des maternelles et les activités en famille). Sans aller jusqu’à la position radicale de Jan Laurens Siesling2, « les musées rivalisent avec les parcs de loisirs », la prudence reste de mise quant aux modalités du premier contact avec un lieu de patrimoine. 

« Le musée est un lieu culturel que l’on peut partager » souligne Patrice Chazottes, Directeur adjoint des publics, en charge de la médiation au Centre Pompidou. « À nous de donner des clés de compréhension et de favoriser la transmission entre les parents et les enfants. Vivre une expérience va bien au-delà d’une visite que le jeune enfant pourrait raconter en rentrant à la maison ! Une activité en famille déclenche un dialogue différent. Notre lieu est une aventure pour le tout-petit et souvent aussi pour ses parents ! Le bâtiment lui même est une œuvre qui ne laisse pas indifférent. Tout commence donc avec cette perception. Je ne crois pas vraiment aux espaces dédiés pour les tout-petits, avec des petites chaises ou autres aménagements adaptés ; il ne s’agit pas pour nous de démultiplier les offres spécifiques mais plutôt de travailler sur une offre générale de qualité. Un espace dédié à la petite enfance me semble figer une perception globale qui s’installe progressivement. La conscience du lieu est fondamentale, nous jouons beaucoup sur le bâtiment, les circulations, la transparence. » 

Bien des enfants arrivent dans les musées sans savoir exactement où ils se trouvent… Il est bien question de travailler la question de la représentation (tant pour les parents que pour les plus jeunes). La pratique familiale se construit par étapes : apprivoiser un musée, y trouver des repères, se laisser aller au gré des circulations dans un environnement d’œuvres, s’attarder, ralentir, rêver, se laisser surprendre, choisir… en sont les premiers épisodes. L’expérience cognitive d’un lieu culturel participe au désir d’y revenir. 

 

LE PARENT DEVIENT MÉDIATEUR 

 

Investir un équipement patrimonial fait partie des stratégies familiales mises en œuvre par une catégorie de public qui maîtrise les outils culturels dans un objectif souvent lié à la « réussite scolaire ». Aller au musée devient synonyme d’une construction précoce visant aux apprentissages. Au-delà de cet acte éducatif encore réservé aux milieux socialement favorisés, l’enjeu est d’ouvrir les portes au plus grand nombre, dans une perspective de partage et de découverte au delà d’une volonté première de transmission d’un capital culturel. Sans à priori face à l’art contemporain, le jeune enfant part en exploration et c’est parfois lui qui déclenche de nouvelles « compétences » et de nouvelles envies pour les adultes. Patrice Chazottes souligne l’importance du croisement d’expériences entre adultes et très jeunes enfants : « Il est important de fournir des clés de compréhension pour les parents mais nous ne sommes pas là, dans ce contexte, pour délivrer la connaissance. Comment expliquer une œuvre ? Tout discours ne le permettra pas… On peut aussi ne pas parler et laisser se dérouler la rencontre. En évitant la répétition, sans dispositif “clé en mains”, notre mission est de rendre possible la découverte. Le parent devient lui-même médiateur et repart avec beaucoup de sensations à partager. Dans ce cheminement progressif et bienveillant vers les œuvres, nous posons un cadre, avec des variations permanentes. Les groupes de tout-petits ne sont pas imposés à nos médiateurs qui trouvent leurs espaces d’accompagnement. Nous proposons également des parcours croisés avec des musiciens, des conteurs ou des intervenants extérieurs. L’art contemporain n’est pas fait pour les enfants, c’est aux adultes de savoir le partager avec eux ». 

 

Les possibles à imaginer sont encore multiples pour favoriser la rencontre des publics et des œuvres. 

Les musées deviennent plus que des murs pour accrocher des œuvres et concevoir des scénarios de visite. Au Centre Pompidou le visiteur est invité dans une architecture qui est elle-même une œuvre. Cette première vision est sans doute déterminante dans l’instauration d’un rapport avec le lieu. Les différentes propositions d’ateliers et de visites sont des outils pour aller plus loin, en prenant le temps de la découverte. « Les ateliers sont conçus autour de la collection, des expositions, en relation avec des artistes. » précise Patrice Chazottes. « Il nous importe d’imaginer un univers pertinent pour le jeune enfant. Les ateliers sont toujours différents pour que les familles puissent revenir en évitant la répétition. À cet âge idéal pour une découverte globale, le très jeune enfant est curieux de tout ! Il en va de notre capacité à le surprendre. »

Quand les familles franchissent le seuil de ce qu’elles assimilent parfois à un supermarché, elles « entrent dans les tuyaux » et font leurs premiers pas dans un pays fertile3 

Propos reccueillis par Hélène Koempgen

1 – Quand la famille vient au musée : des pratiques de visites aux logiques culturelles. Recherche en muséologie sur le public familial, réalisée par Anne Jonchery, thèse de doctorat, 2005. Synthèse publiée dans la lettre de l’Ocim N° 115 : Se rendre au musée en famille.
2 – In L’art autrement, Jans Laurens Siesling, Ed. Arte Libro, 2016.
3 – Pierre Boulez, Le pays fertile. Paul Klee. Collection L’art et l’écrivain, Éd. Gallimard, 1989.

LES TOUT-PETITS AU MUSÉE

Encore trop rares, quelques établissements patrimoniaux développent des propositions inventives pour les tout-petits, les familles et les professionnels de l’enfance.
Musée Fabre, Montpellier

Incontestablement, le musée Fabre est en pointe sur le sujet. Un onglet « petite enfance » dès la page d’ouverture du site place ces actions au même rang que les autres. Des outils, des formes et des formations pour les professionnels de la petite enfance. Des propositions multiples pour parents et grands-parents. Et jusqu’en mai 2017, L’Art et la Matière, galerie de sculptures à toucher.
Incontournable…
museefabre.montpellier3m.fr

 

À lire…

La médiation culturelle : cinquième roue du carrosse ?
Sous la direction de Fanny Serain, François Vaysse, Patrice Chazottes et Elizabeth Caillet.

Patrimoines et sociétés, Éd. L’Harmattan, 2016.

 

À lire en famillle

De nombreux albums peuvent permettre de prolonger la visite en famille. En voici deux, pour commencer….

Mondrian, pop-up monumental
Claire Zucchelli-Romer, Éd. Palette, 2015

Ah ! Josse Goffin, RMN, Réunion des Musées Nationaux, réédition 1991

 

Activités en famille au centre Pompidou

Mercredis en liberté
2-10 ans, en famille

• 1, 2, 3 Pompidou, Atelier
On peut arriver et partir quand on veut le mercredi entre 14h30 et 17h30 pour participer à l’installation collective qui peu à peu envahit l’espace. Chaque trimestre, le thème est renouvelé. Jusqu’en avril « Bestiaire hybride ».

 

Week-ends musée

• Des couleurs plein les poches, visite, 1h
À partir de 3 ans, en famille

Observer, dessiner, manipuler, écouter… Des œuvres qui se dévoilent autrement grâce aux lunettes, zooms et autres nuanciers…

• Méli-mélodie, visite, 1h
2-5 ans, en famille

Un méli-mélo de jeux sonores, de rythmes, de musiques pour découvrir Picasso, Basquiat ou Delaunay avec les oreilles !

• Plus haut, atelier, 1h30
2-5 ans, en famille

Découvrir les gestes de la sculpture. Pouvoir toucher et modeler à partir d’une armature individuelle… Les formes se créent sous les doigts, les enfants expérimentent la matière. 

 

Week-ends exposition

• Brouhaha de gribouillis, atelier, 1h30
2-5 ans, en famille
Le plaisir du geste renouvelé au rythme des outils : le trait envahit l’espace et l’on découvre quelques œuvres. 

 

Événements

• Impromptus, visite
Visite gratuite le premier dimanche de chaque mois, découverte de la création contemporaine autour d’un événement participatif à l’atelier des enfants.

Programmation spécifique pendant les vacances, ateliers 2-5 ans en famille.
www.centrepompidou.fr

Territoires d’éveil n°9

Publication : Mar 2017
Territoires d'éveil
Accueil Publication

Toutes les publications

  Le label Enfance et Musique
Cd, Livres-CD pour les tout-petits


Voir le site du label

Réseaux sociaux

 Enfance et Musique
17 rue Etienne Marcel
93500 Pantin
Tél. : +33 (0)1 48 10 30 00
Siret : 324 322 577 000 36
Organisme de Formation déclaré
sous le n° : 11 93 00 484 93

Conditions générales de vente

Mentions Légales

Partenaires publics

Share This