À chacun son loup

La compagnie du Bazar au Terminus, familière du territoire, a coordonné à Villeurbanne une action artistique propice au rapprochement des professionnels de l’enfance d’un même quartier. 

 

“À chacun son loup” est la thématique choisie par les huit structures petite enfance du quartier du Tonkin à Villeurbanne, pour l’évènement annuel de fin d’année, prétexte à des rencontres culturelles créatives. Le quartier du Tonkin est un exemple significatif de l’urbanisme de dalle en vogue dans les années 70. Cet ancien terrain marécageux autrefois propriété des hospices civils de Lyon est rebaptisé Le Tonkin, après une exposition coloniale. Depuis les années 1990, une dynamique est engagée, soutenue par la ville, pour que les divers acteurs de la vie sociale et culturelle de ce quartier collaborent et tissent des liens.  Les enfants connaissent la médiathèque, située sur la dalle des samouraïs, entre le collège et le centre culturel du Tonkin, ils connaissent également le centre social, la halte-jeu mais les professionnels qui animent ces lieux n’ont pas souvent l’occasion de se rencontrer.  Chaque année, un artiste ou une compagnie est sollicité pour coordonner une action artistique dans les lieux, en présence des enfants et des professionnels : ateliers créatifs, formation des équipes, temps fort réalisé à l’issue du projet, exposition lorsqu’il s’agit d’un travail avec un plasticien et en juin 2018, spectacle. Jacqueline Lourie, responsable de la Halte-garderie des Samouraïs souligne l’importance et les objectifs d’une action artistique forte : « L’intérêt est de partager nos expériences, se connaître, travailler avec d’autres professionnelles, pour sortir de la routine, se rencontrer, s’enrichir mutuellement et amener de « la culture » chez des enfants qui n’ont pas forcément accès à tout ça. Se faire plaisir aussi ! ». La Compagnie du Bazar au Terminus est familière de ce territoire. En effet, depuis dix ans, ses artistes musiciens animent tous les mois des Musicâlins à la médiathèque, moments musicaux destinés aux tout-petits et aux adultes qui les accompagnent, parents et/ou professionnels. La Compagnie a été sollicitée en 2018 pour coordonner l’ensemble du projet. Béatrice Maillet, conteuse et musicienne et Sophie Catelot, plasticienne et bibliothécaire jeunesse pendant 20 ans, ont proposé aux équipes de choisir parmi trois propositions artistiques : construction d’un récit, chanson et musique, fabrication de décors, à charge pour elles de tisser les fils de la réalisation finale : un spectacle donné dans le parc de l’Europe, grand espace vert au centre du quartier, pour tous les habitants. • HK

 

Loup blanc, loup vert, loup noir, loup gris,

Loup méchant,

Loup gentil,

Loup marrant,

Loup rôti,

À chacun son loup !

 

Le thème du loup a fait l’unanimité, il a été décliné sous toutes ses formes : comptines, chansons, livres, histoires, expressions populaires…

La médiathèque a participé au projet en sélectionnant tous les albums jeunesse autour du loup.

« Nous avons un “terreau” commun avec les structures petite enfance : les enfants et leurs parents » précise Sylvie Baracand, responsable section jeunesse de la médiathèque. « Notre objectif partagé est de participer à leur éveil. Nous les accueillons déjà comme lecteurs ou nous souhaiterions qu’ils le deviennent ».

Je propose qu’une ou deux chansons soient chantées par tout le monde, à chaque rencontre, afin de relier les étapes du projet et ses différents participants. Une chanson, aimée par plusieurs assistantes maternelles a été plébiscitée : Le meneur de loup, vieille chanson du répertoire traditionnel remise au goût du jour par la chanteuse Camille1. « Nous nous en emparons et l’adaptons à notre projet ». Les enfants en feront un « tube » et l’accompagneront avec des kaplas pour le rythme et des cônes en plastique pour la voix et les houhou…. 

 

UN CONTE RANDONNÉE

 

Il faut une histoire à se partager avec des séquences repérables et cohérentes ! La forme « conte randonnée » est idéale et nous voilà revisitant La soupe au caillou en Soupe au loup ! 

Avec les assistantes maternelles ayant choisi de s’investir sur le récit, nous travaillons sur une recette imaginaire de soupe au loup. Chacune ira de sa formule « pour faire une bonne soupe au loup il vous faut » : des pomodoro pour l’une, des chicons pour l’autre, des grains de folie, des épices… Les recettes s’enrichissent de la diversité d’origine des assistantes maternelles et j’invite chacune à faire résonner les noms des ingrédients dans la langue d’origine. Corinne se souvient : « Ce fut une super expérience d’apprendre des chansons avec d’autres personnes. Plaisir d’apprendre des mots dans différentes langues ». 

Et puis bien sûr… il faut un loup ! La poésie sera invitée pour décrire avec fantaisie tous les loups imaginés par chacune. « D’habitude c’est le loup qui nous mange, eh bien il faut que ça change ! » affirme vigoureusement Samia. La résonance quasiment politique de cette phrase surprend tout le monde et nous amuse beaucoup ! 

Un travail collectif de technique vocale, de jeu théâtral, permettra de se sentir plus à l’aise, ce qui se vérifiera le jour du spectacle. Cette expérience s’inscrit dans un travail global sur la confiance en soi. Amra, assistante maternelle confie : « Cela a fait disparaître ma timidité, le fait d’être en groupe c’était aidant, en plus on se connait bien. Au début, je me suis dit, « je n’y arriverai pas » mais il y avait une entraide entre nous pour dire le texte ».

Les enfants étaient présents lors des ateliers et ce fut l’occasion pour nous, artistes, d’enrichir le répertoire de comptines, de chansons et de jeux musicaux possibles sur le rythme ou la voix.

Isabelle, assistante maternelle : « Un an après, Pablo (âgé de 2 ans et demi aujourd’hui) me parle encore du spectacle, il se souvient du Loup et de ce que sa « nounou » a fait dans le spectacle. Les parents étaient enchantés. Une maman (qui fait aussi des spectacles pour enfants) a trouvé que c’était vraiment très bien. »

 

UNE RÉALISATION COLLECTIVE

 

Sophie Catelot, fait travailler les équipes, en présence des enfants, sur la fabrication de légumes et des loups… C’est l’occasion pour les enfants d’explorer divers matériaux : papiers mâchés, déchirés, peinture à main, avec des légumes, collages… Chacun fera son loup, les adultes préparant avec ces œuvres, un livret des comptines et des chansons de loup. 

En proposant des techniques artistiques originales et exigeantes, Sophie invite les professionnelles à observer les compétences des enfants en n’attendant surtout pas de résultat. « Laissez les vivre l’expérience».

Ce sont donc les adultes, artistes et professionnelles de l’enfance qui mettront en forme, en œuvre, en scène, les traces de ces expériences. Un scénario est alors élaboré conjointement entre Sophie Catelot et moi : les loups, décrits par les mots, sont fabriqués avec des couleurs et des matériaux divers.

La répétition générale, organisée la veille de la représentation, est le seul moment où tous les groupes se rejoignent, font connaissance et jouent leur partition. Des modules spécifiques à chaque équipe et des rendez-vous communs, sous forme de chansons apprises par tous, jalonnent ce canevas patiemment élaboré. Le résultat a de la tenue. C’est joyeux et gratifiant !

Quinze assistantes maternelles sont sur scène, toutes les autres professionnelles sont responsables du décor et chantent depuis le public les chansons communes. Trois cents personnes sont venues dans ce grand parc malgré la chaleur. Parents, professionnels, habitants du quartier.

En octobre, la Médiathèque du Tonkin a exposé les œuvres de loup, le spectacle y a été rejoué deux fois.

Au-delà du plaisir intense éprouvé par chacune au cours de ces représentations, c’est la participation à une œuvre collective qui restera en mémoire. Chacune se croise dans le quartier, le regard a changé : sur soi-même, sur l’enfant, sur l’autre, sur le métier. 

Ce travail de quartier, élaboré avec des artistes, demande de la disponibilité aux équipes, des envies et des implications qui ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre mais qui procurent du plaisir et de l’énergie. Un tel projet est une ressource pour éviter la monotonie des rythmes des structures.

Béatrice Maillet
Musicienne et conteuse

Territoires d’éveil n°15

Publication : Juin 2019
Territoires d'éveil
Accueil Publication

Toutes les publications

  Le label Enfance et Musique
Cd, Livres-CD pour les tout-petits


Voir le site du label

Réseaux sociaux

 Enfance et Musique
17 rue Etienne Marcel
93500 Pantin
Tél. : +33 (0)1 48 10 30 00
Siret : 324 322 577 000 36
Organisme de Formation déclaré
sous le n° : 11 93 00 484 93

Conditions générales de vente

Mentions Légales

Partenaires publics

Share This